1945 : dans l’enceinte de l’Alte Kommanditur du parti nazi, sur la célèbre avenue Unter den Linden à Berlin, Ludwig Mueller apprend son départ imminent pour le Japon. Il est envoyé à Hiroshima pour une mission en apparence banale : il doit traduire des documents japonais en allemand. Il n’a pas le temps de dire au-revoir à son fils, ni à son épouse, mais ce détail lui importe peu, il ne partage plus rien avec cette dernière. Ludwig accepte ainsi sa mission avec une froide sérénité. A son arrivée à Hiroshima il retrouve des visages familiers, des figures de son enfance. Il se sent à son aise, il est de retour chez lui. Néanmoins, la vie nippone en ses temps hostiles va très vite lui rappeler la réalité de la guerre. Car le ciel gronde au-dessus de la ville.  Le passage des avions de combat des américains sèment la terreur au sein de la population civile. Les japonais craignent les lâchers de bombes.

Or, c’est justement lors d’un des passages de ces avions que Ludwig croise le chemin d’une sublime Japonaise en kimono… Quelques jours plus tard il la retrouve par le plus grand des hasards… Une histoire d’amour peu commune va naître entre les deux personnages. Mais le 6 août 1945 arrive plus vite que prévu… cette date va sceller leur amour pour l’éternité, un amour indélébile.

Mon avis sur « Hibakusha »

Concernant l’histoire, la quatrième de couverture est sans équivoque « C’est une histoire d’amour ». On sait donc d’emblée à quoi s’attendre. On sait également qu’il s’agit d’une histoire d’amour difficile, « pas au bon moment, pas au bon endroit ». Et pour cause, une histoire d’amour entre un allemand et une japonaise à Hiroshima en 1945 n’a rien de banal. C’est pourtant l’histoire que nous raconte la romancière Thilde Barboni et que nous dessine Olivier Cinna. Pourtant, malgré un résumé prometteur et une couverture attirante, je suis un peu restée sur ma fin. Tous les ingrédients d’une belle satisfaction étaient pourtant là : un récit ancré dans l’Histoire, celle de la Seconde Guerre mondiale, entre Berlin et le Japon ; un hommage des auteurs aux Hibashuka, nom japonais donné aux survivants des attaques nucléaires américaines sur les villes de Nagasaki et d’Hiroshima ; et enfin, un graphisme poétique, doux et somptueux.

Où se trouve la faille ?  J’ai bien conscience qu’un roman graphique ne pourrait pas entrer en profondeur dans la psychologie des personnages comme cela peut être le cas dans un roman classique. J’ai néanmoins eu l’impression de survoler l’histoire de Ludwig et j’ai trouvé cela dommage. En outre, il me manquait parfois « un lien » entre chaque événement. Ainsi, le glissement d’une case à l’autre a été parfois un peu trop abrupte. Enfin, j’aurai aimé approfondir certaines circonstances, en connaître davantage sur l’amoureuse de Ludwig. La fin est donc arrivée beaucoup trop vite à mon goût.

Mais je m’interroge aussi dans l’autre sens : mon attachement pour Ludwig n’a-t-il pas eu pour effet de compresser le temps ? Car oui, malgré des dialogues laconiques, je me suis attachée à lui. Et j’ai tout particulièrement été touchée par la fin… Difficile d’aborder ce point sans dévoiler le dénouement mais sachez que la fin est particulière et j’ai été émue ! Pour tout vous dire j’ai appris une chose assez surprenante sur une des conséquences de la bombe nucléaire.

Malgré tout, de cet album émane un charme, une poésie subtile tout à la fois brève et emplie d’émotions. Les auteurs d’ « Hibashuka » nous offrent ainsi, dans cet album, un sublime « haiku graphique ».

Je termine cet avis en saluant le remarquable travail d’Olivier Cinna en vous mettant quelques images à déguster sans modération !

hibakusha cinna barboni  

hibakusha cinna barboni

L’ouvrage :  « Hibakusha », de Thilde Baroni et les illustrations d’Olivier Cinna . Cet album est une adaptation de la nouvelle intitulée « Fin de transmission » de Thilde Barboni.
Edition :  Editions Dupuis  (collection Aire Libre)
Genre : Bande dessinée
Parution : 5 mai 2017
Prix : 16,50€
A déguster avec : Le Thé des Moines, une création du Palais des Thés
En écoutant : cette superbe musique japonaise traditionnelle   (malheureusement anonyme)