J’ai finalement succombé à la saga napolitaine « L’amie Prodigieuse » d’Elena Ferrante. Quel voyage ! J’ai adoré me plonger dans ce quartier pauvre de Naples où vivent Lila et Elena dans les années 50.

L’amie prodigieuse raconte l’histoire d’une amitié profonde qui lie deux filles que tout semble à la fois unir et désunir. Unies par leur amour de l’apprentissage, les deux filles vont se stimuler et se dépasser à l’école, chacune puisant dans l’autre la force de se hisser intellectuellement. De cette douce émulation Lila possède néanmoins une longueur d’avance qui perdurera même lorsqu’elle sera forcée d’arrêter ses études pour aller travailler à la cordonnerie familiale.  En effet, alors même que leur chemin se sépare lorsqu’Elena entre au collège, Lila ne perdra pas son goût pour l’étude et continuera sa fréquentation assidue de la bibliothèque municipale. Fascinée par son amie, Elena devra redoubler d’effort pour se maintenir.

Les années passent et l’on arrive bientôt à l’adolescence. On suit la métamorphose de ces filles qui sont à présent des jeunes femmes. Des corps qui changent aux premiers émois amoureux, la narratrice, Lenù, nous fait vivre ces instants avec une émouvante vérité. Comment être femme dans ce quartier où la violence s’alimente de la misère ? Comment le désir d’apprendre peut-il se conjuguer avec la nécessité de gagner son pain au plus vite ? A mesure qu’Elena s’élève intellectuellement, d’autres barrières vont s’élever mais cette fois entre elle et son environnement.

Ce roman a été un coup de cœur ! Si le style est assez simple, l’intrigue est finement ficelée. Au-delà du contexte spécifique de leur environnement (la misère, la pauvreté)  l’amitié entre Elena et Lila est l’histoire universelle de l’amitié féminine.  On y retrouve en effet tous les ingrédients qui fondent l’amitié entre filles : fascination, rivalité, complicité, tendresse, amour, etc… Mais « L’amie prodigieuse » est également un roman sociologique qui nous raconte une Naples vindicative et pleine de violence.

Pour être honnête, j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand chose dans ce roman. Les péripéties sont nombreuses mais assez « banales » – sauf peut-être pour un incident particulier que je ne dévoilerai pas. C’est la narration puissante des événements qui rend ce roman tellement addictif. L’auteure -ou l’auteur ?- a su nous rendre les personnages attachants et c’est non sans douleur que je les ai quittés à la fin du roman. Ce qui m’a également plu c’est la dévotion au savoir que ces deux jeunes filles cultivent. J’ai été fascinée par cette volonté de s’instruire alors même que leur environnement n’est pas favorable à cet engouement académique. A cet égard, « L’amie prodigieuse »  m’apparaît comme une ode à la Connaissance, une ode au Savoir qui délivre et rend libre.

Il parait que le tome II, « Le nouveau nom », est encore meilleur que « L’amie prodigieuse » ! J’ai donc hâte de me le procurer et ainsi retrouver la bande d’amis de Lila et Lenù !

l amie prodigieuse elena ferrante avis

Ouvrage : L’amie prodigieuse, par Elena Ferrante. Gallimard, 26,50€

Date de parution et nombre de pages : 30 octobre 2014, 400 pages.

Quatrième de couverture : « Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. Elena, elle, est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des familles aisées. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, non sans ruptures ni souffrances, à l’aube de l’âge adulte.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme. »

l amie prodigieuse elena ferrante

L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante

 

2 Comments