Ouvrage : Les fameux pouvoirs de la psychologie positive- De la pensée positive à la psychologie positive, par Yves-Alexandre Thalmann. Editions Jouvence.

Date de parution et nombre de pages : mars 2012, 96 pages

Quatrième de couverture : « La pensée positive nous promet, via la Loi d’attraction, de réaliser nos moindres
souhaits et ainsi de nous offrir une vie plus épanouie. Mais la satisfaction de nos désirs, nous enseigne la psychologie positive ou science du bonheur, ne nous rend plus heureux que brièvement. Pour un bonheur durable, il s’agit d’apprendre à apprécier ce que nous avons, plutôt que de souhaiter davantage, et vivre dans un esprit de gratitude !

Pour la première fois, un texte qui allie les principes de la pensée positive et les connaissances scientifiques de la psychologie positive. »

Appréciation : 4/5

Chronique : La pratique de la pensée positive nuirait-elle au bonheur ? Cette question un brin provocateur peut sembler incongrue à l’heure où cette pratique abonde majoritairement la littérature du développement personnel. Ici, on nous apprend qu’il faut affirmer nos rêves ; là-bas, on nous dit de les visualiser. Il y a autant de méthodes que de pratiquants. Certains vont se référer à la méthode Coué ou bien à la Loi d’attraction. D’autres encore n’hésitent pas à faire des raccourcis scientifiques pour appuyer leurs théories sur la physique quantique et/ou les neurosciences, etc… Mais quelle que soit sa forme, la pensée positive vise principalement à attirer à soi ce que l’on désire.

« Quel est le point commun, ou la racine commune à toutes ces productions ? L’idée que la pensée est une énergie qui tend à se matérialiser dans la réalité, en attirant ce qui lui est semblable. » P.13

Or, malgré leur succès populaire, « la pensée positive et la Loi d’attraction n’ont pas réussi à pénétrer le sanctuaire des universités » (p.18). Celles-ci seraient-elles donc néfastes ?

L’idée de cet ouvrage n’est pas de fustiger ce type de courant de pensée mais plutôt de nous montrer les limites de la pensée positive/Loi d’attraction. Telles qu’elles sont pratiquées à l’heure actuelle, elles n’emportent pas l’adhésion totale des professionnels du psychisme et n’ont aucun appui scientifique. La pensée positive est donc l’opposée de la psychologie positive, qui est, pour reprendre les termes de Matthieu Ricard, « un domaine de recherche scientifique qui s’est donné pour but d’étudier et de renforcer les émotions positives.» La psychologie positive ne doit donc pas être confondue avec la pensée positive.

« Ce qui caractérise la psychologie positive, ce sont ses méthodes scientifiques. Les résultats qu’elle obtient, les règles qu’elles découvrent, reposent sur des travaux rigoureux qui en assurent la validité à grande échelle : expérimentations et études corrélationnelles sont de mise. » p. 31

En quelques pages, le psychologue Yves-Alexandre Thalmann vous présente deux limites de la pensée positive qui ont un impact négatif sur notre bien-être : la culpabilisation et la dissonance cognitive et déni. Ces limites ne vous sont peut-être pas étrangères si vous êtes un adepte de la pensée positive, ou à tout le moins si vous avez essayé. Mais pas de panique, il dévoile par ailleurs, après avoir exposé ce qu’est la psychologie positive et ses méthodes, quels sont les comportements – démontrés scientifiquement – qui contribuent réellement au bonheur. Pour mieux comprendre le fonctionnement de celui-ci, il nous en explique également le mécanisme.

Faut-il pour autant délaisser la pensée positive ?  « Non », nous répond l’auteur. Celle-ci a des effets positifs mais pas forcément ceux auxquels on pense.

Avis : Avant d’avoir cet ouvrage entre les mains, je ne connaissais pas du tout la psychologie positive. Séduite par la quatrième de couverture je n’ai donc pas hésité à arracher ce livre du rayon où il se trouvait. Bien m’en a pris car cet ouvrage est tellement inspirant et la plume de l’auteur est convaincante. Même si les affirmations énoncées n’ont pas ébranlées mes convictions concernant le sujet (lesquelles au final rejoignent celles de l’auteur), la découverte de nouveaux concepts a éveillé ma curiosité. Je recommande ainsi cet ouvrage à ceux qui découvrent la psychologie positive.

 

livre de développement personnel

De la pensée positive à la psychologie positive.

1 Comment